Lettre aux présidents de partis

Etant donné le démarrage de la campagne électorale, le Gang des Vieux en Colère a adressé, cette semaine, une lettre ouverte aux président(e)s de parti (qui ont des élus au Parlement fédéral) suivant : MR, DEFI, ECOLO, PTB, CDh, PS

Monsieur (Madame) le Président XY,

Les 11.000 membres du Gang des Vieux en Colère vous présentent leurs vœux
pour 2019

Pour information, et dans le détail, afin que votre parti prenne des bonnes résolutions en 2019, nous souhaitons, Monsieur(Madame) le Président, que vous inscriviez dans votre programme électoral :
1- Le maintien du système de la pension par répartition
2 – La possibilité, pour seuls ceux qui le souhaitent, de travailler au-delà de 65 ans
3 – Une pension anticipée pour ceux dont la pénibilité professionnelle est reconnue et dûment répertoriée dans un accord
4 – Le relèvement de la pension minimale à un montant de retraite égal pour toutes les femmes et tous les hommes (calculé en 2019), soit 1.600 € net liés au bien-être
5 – La libre circulation des allocataires GRAPPA
6 – Une réelle concertation sociale comme le prévoit la Loi, et une voix dans la concertation sur les retraites,
Si vous n’inscrivez pas ces six points, vous signerez la condamnation de plus de 50% des futurs anciens Belges à mourir dans le dénuement le plus révoltant.

Sous la houlette de son ministre des pensions, Monsieur Daniel Bacquelaine, le précédent gouvernement était déterminé à imposer un changement du système des pensions aux futures générations. 
Nous, le Gang des Vieux en Colère, sommes fermement opposés à une telle initiative.
– Nous refusons un système de pension à points dont la valeur du point dépendrait du bon vouloir du Prince.
– Nous refusons que le montant de notre retraite dépende chaque année des dettes et du budget de l’Etat.
– Nous refusons un système qui obligerait chacun à cotiser à titre personnel, et donc que seuls les plus riches puissent se payer une pension décente parce que cette pension « complémentaire » serait aléatoire et incertaine. 
– Nous refusons que les sociétés d’assurances et les banques privées s’engraissent sur l’âge de nos artères d’autant plus que ces assurances-vieillesses, qui ne tiennent plus que par le succès du CAC 40 ou des cours et cotations en bourse, sont à la merci de spéculateurs irresponsables.
Il y a peu, les vieux pouvaient voyager gratuitement en Belgique. Trains, trams et bus étaient gratuits. C’est déjà de l’histoire ancienne.
Il y a peu, les soins de santé et les médicaments qui concernent pour cinquante pour cent les vieux étaient intégralement remboursés. C’est déjà de l’histoire ancienne.
Si vous n’inscrivez pas dans votre programme électoral que les générations futures ont le droit de vieillir dans la dignité en ayant un montant de pension minimum garanti, décent, égal pour les femmes comme pour les hommes, nous, les 11.000 Vieux Gangsters, les vieux aveugles, les vieux hypertendus, les vieux diabétiques, les vieux pétris d’arthrose, les vieux assiégés par tous les cancers du monde, les vieux mal à l’aise sur leurs fémurs, nous allons nous énerver, grave. Et les futurs anciens Belges avec nous.
Comme-nous, les futurs vieux devront désobéir pour retrouver une certaine dignité !
Réagissez avant que nos jeunes deviennent vieux.
Sinon…
Sinon, et ce serait dommage, des dizaines de Vieilles Gangstères et des dizaines de Vieux Gangsters en Colère s’imposeront dans vos réceptions de campagne et dans vos petites réunions politiques Tupperware. Et ils s’exprimeront. Quelques centaines de nos membres seront le cauchemar de vos services d’ordre. Parce que nous, les vieux, si on nous touche, on porte plainte et on demande des dommages et intérêts.
Parce que si, dans le programme de votre parti, vous ne refusez pas fermement :
1 – Toute dérive vers un système de pension par capitalisation.
2 – Tout système de « pension à points », lié aux seuls jours travaillés, au budget et à la conjoncture économique
3 – Toute suppression de la prise en compte des années d’études et des jours chômés
4 – Toute aliénation liée à l’aide de la GRAPA
5 – Toute augmentation d’impôt sur la retraite liée à une indexation ou à toute autre augmentation du montant des retraites ;
Si, avec nous, vous ne refusez pas définitivement ces 5 points, vous comprendrez que les Vieux s’imposeront dans vos grandes soirées électorales et dans vos cocktails de fin de mandats et qu’ils s’exprimeront. 
.
Voyez-vous, Monsieur (Madame) le Président, nous, comme les vieux à venir, si vous nous dépouillez, c’est l’économie du pays, c’est le PIB qui va en prendre un coup.
Les Vieux, ils doivent se loger, se vêtir, se nourrir et se chauffer.
Les Vieux, les commerçants les attendent pour qu’ils puissent gâter leurs petits-enfants. Les artistes les attendent pour remplir les salles de spectacle, pour partir en croisière sur la Meuse ou l’Escaut. Le Pays a besoin des Vieux pour remplir les charters direction Torremolinos ou Blankenberge ou pour les aider à payer une chambre en clinique ou en maison de retraite.

Déjà, vos prédécesseurs nous ont retiré nos vieilles diesels sans nous donner les moyens d’acheter une nouvelle électrique ou une hybride.
Quelle banque va accorder un crédit à un Vieux qui risque de mourir d’une seconde à l’autre ? Qui va continuer à payer les taxis quand ça glisse, passé minuit ? 
Ces vieux qui vous ont faits, qui vous ont élevés, qui vous ont nourris, qui vous ont soignés, ces vieux-là, ils ont tous droit à la dignité.
Et ces vieux de demain vivront sans doute encore plus longtemps que nous mais dans une misère crasse si, par malheur, l’entreprise de destruction de notre système de Sécurité Sociale voyait le jour.
Alors croyez-nous, Monsieur (Madame) le Président, tous, au moment de mettre leur bulletin dans l’urne, ces vieux 11 .000 Vieilles et Vieux Gangsters en Colère ne seront pas Alzheimer.

Voilà pourquoi, Monsieur (Madame) le Président XY, notre vœu pour 2019 est que, non seulement vous renoncerez à nous imposer les réformes de pension initiées par le ministre Bacquelaine du gouvernement démissionnaire mais que, surtout, vous aurez à cœur d’améliorer le sort des vieux présents et à venir par une plus grande égalité. En imposant au prochain gouvernement d’ajuster résolument le montant des retraites minimales vers le haut.
Et ne venez pas nous répéter que « l’enveloppe » est fermée. Vous déciderez vous-même de la rouvrir !
Gouverner, c’est choisir. Et il y a de gros moyens financiers à trouver aussi chez les évadés et les fraudeurs fiscaux, chez les GAFA, qui profitent jour après jour d’une politique injuste et d’arrière-garde.

Veuillez, Monsieur (Madame) le Président XY, veuillez accepter l’expression de notre très haute considération.

1er Janvier 2019 
Le mouvement citoyen « GANG DES VIEUX EN COLÈRE »

Partagez cet article / Deel dit artikel !