Partagez cet article / Deel dit artikel !

Lees dit artikel in het Nederlands -> NL

Cette crise du Covid 19 n’est que le signe annonciateur d’une gigantesque crise économique et sociale qui touchera en premier les plus démunis dont les « Grapistes », nombre de femmes, nombre de petits indépendants, nombre d’artistes et techniciens de la culture (qui sont toujours sans statut et donc sans revenus de vieillesse) et tous les autres qui n’ont pas ce minimum que nous revendiquons avec force.

Et nous savons que d’autres crises se profilent à l’horizon ; écologiques, sécuritaires ou alimentaires. 

Pourtant, déjà certains essayent de faire porter le poids économique et social sur les seuls « Vieux et Vieilles ». 

Déjà on entend :  » On a protégé les Vieux. C’est donc à cause de ces Vieux qu’on a dû rester confinés et qu’on a tout perdu ! « 

Les Vieux seraient coupables :

  • Des faillites des plus jeunes ?
  • D’une dette colossale qui pèsera sur les épaules des jeunes pendant 50 ans ?
  • D’une Sécurité sociale anéantie, sans plus aucun moyen financier ? Une Sécurité sociale qui, simplement pour protéger les Vieux, aurait vu détruire son volet « santé publique » et son volet « soutien aux sans emploi » ?

Ce serait donc bien à cause des Vieux que les caisses seraient vides ? Bien sûr que non !

Et pourtant, le bruit se répand. Il faut un bouc émissaire…
Le gouvernement l’a trouvé. L’idée de « Ces salauds de vieux qui nous coûtent trop cher » fait son chemin et, pour reprendre Beaumarchais :

«  C’est d’abord un bruit léger, rasant le sol comme hirondelle avant l’orage, pianissimo murmure et file, et sème en courant le trait empoisonné. Telle bouche le recueille, et piano, piano vous le glisse en l’oreille adroitement. Le mal est fait, il germe, il rampe, il chemine, et rinforzando de bouche en bouche il va le diable ; puis tout à coup, on ne sait comment, vous voyez la calomnie se dresser, siffler, s’enfler, grandir à vue d’œil ; elle s’élance, étend son vol, tourbillonne, enveloppe, arrache, entraîne, éclate et tonne, et devient, grâce au Ciel, un cri général, un crescendo public, un chorus universel de haine et de proscription.  » Salauds de Vieux !  » Qui diable y résisterait ? » 


Un ministre : – « Il serait donc bien malvenu à ces « salauds de Vieux » d’oser réclamer quoi que ce soit pour améliorer leur ordinaire » !

Déjà, malgré les promesses du service fédéral des pensions et du ministre Bacquelaine, les « Grapistes » sont à nouveau harcelés et nous recevons, à nouveau, des plaintes de suspension de la garantie de revenus aux personnes âgées (GRAPA). Alors qu’il est évident que ces contrôles Grapa sont inadmissibles et que les conditions d’accès et d’octroi d’aide sociale devraient être assouplies pour tous en ces temps exceptionnels.

Déjà les premiers indices de relance économique laissent à penser que tous les Vieux, toutes les Vieilles qui dépendent d’allocations vieillesse ou qui vivent de très bas revenus (comme nombre d’indépendants) vont avoir beaucoup de mal pour vivre avec les montants qu’ils reçoivent actuellement.

Et comme toujours, pas question de gommer cette dette qui empoisonne le monde depuis 50 ans ; pas question de mettre fin aux fraudes fiscales, aux évasions fiscales et aux « optimisations » fiscales.

Nos experts estiment aujourd’hui qu’il y aura une baisse de pouvoir d’achat réel de 1,6 % en 2020 par rapport à 2019. Ce qui veut dire que notre revendication de 2019 d’un minimum de pension de retraite de 1.600€ net pour toutes et tous, lié au bien-être, doit être revu à la hausse. 

Nous ne dirons jamais assez que c’est une question de dignité et de décence pour les Vieilles et les Vieux à venir !
Nous ne dirons jamais assez que ce sont ces mêmes Vieux et Vieilles qui, souvent bénévoles, cousent des masques, gardent les malades et les petits enfants et sont un acteur important dans la relance économique.

Rappelons aussi que, pour les mêmes raisons évoquées plus haut, il faudrait IMMÉDIATEMENT supprimer le statut de cohabitant pour les Vieilles et les  Vieux (mais pas que…). 

Le Covid 19 a mis en évidence l’isolement physique (dans les homes ou à domicile) dans lequel nombre de Vieilles et de Vieux sont plongés, ce qui requiert que de multiples mesures sociales, sanitaires et psychologiques soient mises en place (rappelons les propositions que le GANG a déjà développées dans le « Rapport CEPAG » de 2019).

De son côté, après concertation, la Ligue des Droits Humains a déjà accepté de réserver une attention particulière à ce qui sera mis en place dans les Maisons de Repos et de Soins après les derniers traumatismes éprouvés. 

Cette crise rappelle aussi l’importance des services d’inspection (qui n’interviennent trop souvent dans les Maisons de Repos et de soin qu’après en avoir averti les directions visées).

En un mot, il est nécessaire de créer au plus vite une « Convention des droits des Vieilles et des Vieux« . 

Enfin, ce petit virus a démontré à quel point les hôpitaux publics (dont les Vieux sont aussi les « patients » – mais pas que) et les soins de santé (qui concernent aussi les 60 ans et plus – mais pas que) doivent être solidement refinancés (comme réclamé déjà par La Santé en Lutte et les Blouses Blanches, bien avant l’arrivée du Corona virus.)

EN CONCLUSION: 

Il nous semble plus que jamais essentiel d’agir sur le statut social et économique des Vieilles et des Vieux les plus démunis.
Et pas seulement les plus démunis, aussi ceux qui essaient de garder la tête hors de l’eau et qui risquent de se noyer très vite.
C’est aussi vrai pour certains indépendants, certains ouvriers, saisonniers, femmes au foyer, artistes – qui ont une pension « à peine correcte! » – mais dont le pouvoir d’achat va être impacté également.

Comme l’a rappelé la Ligue des Droits Humains, le droit à la protection de la santé doit être notre point de repère durant les temps à venir, tout en le conciliant avec nos autres droits fondamentaux, parmi lesquels – dans le domaine des droits économiques, sociaux et culturels – le droit à la sécurité sociale, et le droit à une vieillesse équitable, digne et décente pour TOUS. Égale pour les femmes comme pour les hommes. 

Il n’y a pas de « Salauds de Vieux » qui tienne !
Ce sont des politiciens et des gouvernements irresponsables qui, en abdiquant pendant plus de 20 ans, ont délaissé une vision à long terme – si nécessaire – de l’État au seul profit de l’économie et de la finance.
C’est en sacrifiant la Santé publique et la Recherche qu’ils ont annihilé toute faculté de combattre ce virus.

Ce sont eux les seuls coupables de cette stratégie d’urgence nécessaire ; eux qui ont provoqué une crise financière et économique sans précédent.
C’est cette politique d’austérité et ce manque de courage politique qui sont seuls responsables de l’aliénation de tout un peuple. Demain, il faut que cela change.

Michel Huisman – Porte-parole du Gang des Vieux en Colère

Retour NL ->FR

HET EINDE VAN DE AFZONDERING


Deze Covid 19-crisis is slechts het voorspel van een enorme economische en sociale crisis die op de eerste plaats de armsten zal treffen, vooral zij die afhankelijk zijn van de inkomensgarantie voor ouderen, de  « IGO-ers », vooral vrouwen, kleine zelfstandigen, artiesten en technici van de culturele sector (ze hebben nog steeds geen statuut krijgen dus geen pensioen) en alle anderen die het minimum dat wij met klem eisen niet ontvangen.

Sommigen proberen nu alle verantwoordelijkheid voor de economische en sociale bij de bejaarden te leggen.

We horen het al :
« We hebben ze allemaal beschermd.
Het is door hen dat wij in afzondering hebben moeten leven en dat we alles verloren hebben.”

De bejaarden zouden de schuld zijn  van de faillissementen bij de jongeren, van de schuldenberg die gedurende de komende 50 jaar door de schouders van jongeren zal moeten gedragen worden, door het verdwijnen van de Sociale Zekerheid wegens gebrek aan de nodige financiële middellen. “Onze Sociale Zekerheid  waarvan de pijlers van openbare gezondheid en werklozensteun voor deze van de pensioenen werden opgeofferd.! “

Het is op die wijze dat schuld voor de lege Schatkist op de nek van de bejaarden geschoven wordt, waardoor het dan ook ongepast zou zijn dat wij, « oude lastposten « , ook maar iets zouden eisen!

Ondanks de beloften van de federale pensioendienst en minister Bacquelaine worden de « IGO’ers » opnieuw lastiggevallen en vernemen we opnieuw klachten over opschorting van de inkomensgarantie voor ouderen (IGO). De voorwaarden voor toegang en toekenning van sociale bijstand moeten in deze uitzonderlijke tijden voor iedereen worden versoepeld!

De eerste tekenen van economisch herstel wijzen er reeds op dat alle bejaarden die afhankelijk zijn van ouderdomsuitkeringen of die van een zeer laag inkomen leven (veelal zelfstandigen) veel moeite zullen hebben om de eindjes aan elkaar te knopen met de bedragen die momenteel toegekend worden.

En er is nog altijd geen sprake van komaf  te maken met de schuldenberg die reeds sedert vijftig jaar de wereld overheerst; geen sprake van een einde te stellen aan de fiscale fraude, noch aan de kapitaalvlucht en praktijken van “belastinsoptimalisering”.

Onze experten schatten vandaag dat er in 2020 een reële daling van 1,6%  van de koopkracht zal zijn  ten opzichte van 2019. Dit betekent dat onze vraag naar een minimaal ouderdomspensioen van € 1.600 netto voor iedereen en welvaartvasr, verhoogd moet worden.

We kunnen het niet genoeg herhalen dat dit een kwestie van respect en fatsoen is voor al onze Seniors! We kunnen er niet genoeg op wijzen dat deze oude mensen, die vaak als vrijwilligers maskers vervaardigen of voor zieke en kleine kinderen zorgen, een langrijke rol spelen voor het economisch herstel.

Laten we ook niet vergeten dat, om dezelfde redenen als hierboven, het statuut van samenwonende voor ouderen ONMIDDELLIJK moet verdwijnen. (en niet alleen voor hen …).

De Covid-19 bracht aan het licht dat de fysieke afzondering (in tehuizen of thuis), waarin veel oude en oude mensen in terechtkomen, een aantal sociale, gezondheids- en psychologische maatregelen noodzakelijk maakt (we verwijzen hiervoor naar de voorstellen die de GANG VAN RAZENDE OUDEREN al naar voor heeft gebracht in het « CEPAG-rapport » van 2019).

Van haar kant  heeft de Liga voor Mensenrechten al laten weten dat ze bijzondere aandacht zal geven aan wat er na de coronaschok gaat gebeuren in de rust- en verzorgingstehuizen.

Deze crisis wijst ook op het belang van de inspectiediensten (die bij de verpleeg- en verzorgingshuizen vaak pas tussenkomen nadat ze dezen vooraf gewaarschuwd hebben).

Ten slotte moet er in elk gaval  een « Overeenkomst over de « rechten van de bejaarden » komen.

Om te eindigen nog dit: dit kleine virus heeft dramatisch aangetoond hoezeer de openbare ziekenhuizen (waar de ouderen de belangrijkste « patiënten » zijn) en de gezondheidszorg (vooral voor de bevolking van 60 jaar en ouder) moeten geherfinancierd worden (trouwens al voorgesteld door La Santé en Lutte en de Witte Bloezen, lang vóór de komst van het Corona-virus.)

TOT SLOT :

Het lijkt belangrijker dan ooit om werk te maken van het sociaal en economisch statuut van de allerarmsten. Zoals de Liga voor Mensenrechten stelde, moet het recht op bescherming van de gezondheid de maatstaf zijn voor de komende periode, in het kader van onze andere fundamentele economische, sociale en culturele rechten, het recht op sociale zekerheid en het recht op een eerlijke, waardige en waardige oude dag voor ALLEN, voor vrouwen en mannen.

Bejaarden zijn geen « Lastposten »!
De de grote verantwoordelijkheid van huidige situatie ligt bij de regering die al meer dan 20 jaar ons gezondheidssysteem heeft ondermijnd waardoor nu elke mogelijkheid ontbreekt om dit virus degelijk te bestrijden, zonder een ongekende financiële en economische ramp te veroorzaken zoals nu.

Een bezuinigingsbeleid dat geen ander effect heeft gehad dan zichzelf buiten spel te zetten!

Michel Huisman – woordvoerder van de Gang van Razende Ouderen

Retour en haut – Terug naar Boven