Billet sous forme de lettre ouverte à une journaliste naïve

Chère Laurence Briquet,

Pour la troisième fois, vous offrez un pleine page « Pension de retraite » sans permettre à la contradiction de s’exprimer.
Jusqu’à aujourd’hui, « Le Soir » ne ressemblait ni à un tabloïde ni à un Gratuit…
Vous qui êtes journaliste au journal « Le Soir », vous devriez vous souvenir que l’habit ne fait pas le moine !
Vous devriez vous souvenir que ceux qui, comme ce monsieur Éric Slagmuylder, ceux qui se drapent dans un titre ronflant de « Conseiller Général au Service général des Pensions de retraite » ne sont pas toujours l’interlocuteur neutre qu’ils prétendent être ?

Rappelez-vous, chère Laurence, que « les conseilleurs ne sont jamais les payeurs » !
Depuis quand un « conseiller » au Service Fédéral des Pensions a-t-il pour vocation de contredire son ministre de tutelle, aujourd’hui : Karine Lalieux ?
Ce monsieur s’adresse à tous comme si tous avaient le choix d’une belle carrière complète, comme si tous avaient des salaires largement supérieurs à un salaire minimum :
«  Il faut aménager son choix de carrière (…) Certains, par exemple, préféreront un emploi moins rémunérateur mais une fin de carrière plus « light ».
Il va jusqu’à conseiller aux petits indépendants de :
« (…) compenser financièrement leurs pertes de revenu… pour avoir une bonne pension de retraite ».

Comme si tous en avaient les moyens financiers.

La Ministre Lalieux a pourtant dit clairement qu’elle souhaitait renforcer le premier pilier pour pouvoir remonter les pensions de retraite les plus basses à un minimum décent pour les femmes comme pour les hommes.
Et voilà que, par la voix de ce « conseiller » sorti d’on ne sait où, le SFP prétendrait qu’il faut que tous s’appuient financièrement sur des systèmes complémentaires via les second, troisième et même quatrième pilier.

Monsieur Slagmuylder va jusqu’à soutenir :
« C’est vous qui décidez de racheter vos années d’études pour améliorer votre retraite ou d’utiliser votre argent à d’autres fins. »
Comme si, d’un coup de baguette magique, tous avaient le fric nécessaire pour pouvoir « racheter » leurs études.

Rappelons que le GANG des Vieux en Colère refuse toute suppression de la prise en compte (dans le calcul du montant des pensions de retraite) des années d’études, tout comme suppression de la prise en compte des jours chômés, des jours de maladie, des jours d’hospitalisation ou de tout autre accident de la vie.

Et puis, vient votre deuxième interlocuteur, un vieil économiste retraité depuis 13 ans, Pierre Pestieau, qui n’est pas plus neutre que notre « conseiller » et dont les affirmations ont des relents qui flairent bon la droite radicale.
Pierre est un économiste qui a depuis longtemps affiché sa couleur politique bleu marine (il a déjà affirmé plusieurs fois que la retraite à 67 ans c’était beaucoup trop tôt, que 70 ans serait financièrement bien plus juste (sic)) .

Et ici, il renchérit avec arrogance sur l’idée :
« Soyez prévoyants et devenez propriétaire pour avoir une pension suffisante »
Comme si c’était à la portée de tous d’acheter une maison.

Pire, Pierre Pestieau (qui n’est plus tout à fait dans le coup) enchaîne sur des « fake news » en nous sortant ce fameux « vieillissement de la population »*(1).

Et il finit par un mensonge pur et simple *(2) :
« La pauvreté chez les personnes âgées n’est pas élevée (grâce à la Grapa) ».
Faux,  puisque aujourd’hui, le maximum de revenu d’un Grapiste reste SOUS le seuil de pauvreté !

Giselda Gulders, elle, s’exprime pour le site du gouvernement et elle énonce l’une ou l’autre vérité.
Mais elle ne dit pas tout !
Ce qu’elle passe sous silence c’est :
Que en 11 ans, ce site est de plus en plus visité :
  • parce que il y a le bouche à oreille, parce que de plus en plus de gens découvrent que la sécurité sociale réduit chaque jour sa contribution aux pensions, parce que de plus en plus jeunes, nos descendants se rendent compte que si on ne fait rien… leur vieillesse sera une première mort.
Enfin, vous titrez le dernier volet de votre second article pension par « La pension belge comparée au reste de l’Europe » et dès les premières lignes, Maxime Fontaine nous compare avec les retraités japonais.
Dix lignes plus tard c’est une comparaison OCDE… alors que dans l’OCDE, il y a le Chili, Israël, la Colombie, la Corée, le Costa Rica, la Turquie, le Mexique etc…
Et vous titrez « comparaison avec les pays de l’UE » ? 
Pourtant, vous savez que le Diable est dans le détail !

Et voilà que vous, Madame la journaliste, vous offrez ce vendredi 29 octobre une troisième pleine page à ces théories et ces mensonges d’« experts » qui ne concernent que les très riches ou que ceux qui ont eu beaucoup de chance, ou que ceux qui ont hérité des 30 ans d’années insouciantes et glorieuses.

Mais dans le futur ? Mais pour vos enfants ?
Qu’en sera-t-il pour la vieillesse des générations suivantes ?


Hier ces théories de Éric Slagmuylder et aujourd’hui les déclarations Tartufiennes de monsieur Alain Jousten, économiste, qui joue les offusqués (parce que ceux qui cotisent plus ne recevraient pas automatiquement une pension de retraite supérieure à celle des autres), qui est soudain scandalisé par l’aspect solidaire de la Sécurité Sociale (qu’il découvre) et qui profère des contre-vérités à l’emporte pièce, qui ne se basent sur rien, pour déclarer avec cynisme :
« Le taux de pauvreté parmi les personnes âgées est (relativement) faible ». * (2)

Et pourtant, ces avis d' »experts », vous les étalez sans permettre l’avis d’experts informés et objectifs comme ceux du GANG qui eux, ne sortent pas d’un chapeau médaillé mais bien d’une longue expérience de la vie.
Ces trois articles * (3), Madame, est-ce du journalisme ou de la naïveté, ou encore… de la réclame ?

Comment accepter que les propos du SFP ne soient plus la position d’une administration mais reflètent uniquement le point de vue d’un seul homme sous influence ?

Heureusement, pour ce qui est des propos de Pierre Pestieau et de Alain Jousten, cela ne concerne qu’eux.

Nous vous rappelons, Madame la journaliste, chère Laurence Briquet, que :

Le GANG revendique :
• Le maintien et l’amélioration du système de la pension de retraite par répartition (Sécurité Sociale)

• Le relèvement du montant minimal de la pension de retraite pour tous et toutes, (0% écart de retraite H/F – calculé en novembre 2020) à 1.690 € net liée au bien-être.
Attention, sans compter avec l’augmentation spectaculaire du prix des énergies (+ 10%), du prix des matériaux importés (+ 12%) et de différentes denrées dont le prix a augmenté de près de 15% depuis le début de la crise Covid. Aujourd’hui, il nous faut réévaluer ce chiffre de 1.690€ auquel nous sommes en droit d’ajouter, fin octobre 2021, un minimum de 1,5% (inflation optimiste), soit : 1.715 € net lié au bien-être. (Minimum universel de pension décente).

• Remplacer la GRAPA par le « Minimum universel de pension décente »

• Relever, au dessus du minimum universel de pension décente, les seuils de taxations et d’imposition des pensions de retraites (fruit d’un salaire qui a déjà été imposé) :
les seuils de saisissabilité, d’attribution de la GRAPA, d’attribution du statut BIM et donc indirectement les seuils d’attribution d’aide juridique ET d’assistance judiciaire.

• Instaurer l’individualisation des droits pour tous ceux qui souhaitent cohabiter pour raisons économiques et donc suppression du statut de cohabitant.

• Plafonner le prix d’une place dans une Maison de Retraite (MR) et/ou une Maison de Retraite et de Soins (MRS) à un prix 10% inférieur au « Minimum universel de pension décente ». Les Vieux aussi ont droit à un minimum d’argent de poche.

Le GANG refuse :
• Toute dérive vers un système de pension de retraite individuelle et privée (systèmes par capitalisation).
• Toute augmentation d’impôt liée à une indexation ou à toute autre augmentation, du montant des retraites.

Ceci ne nous empêchera pas de continuer à nous informer en lisant la gazette du jour.

Vieux Gangsters et Gangstères en Colère, préparez-vous.
Avant la fin de l’année, pour des pensions de retraite minimales plus justes et plus dignes, le GANG devra redescendre dans la rue.

Rejoignez-nous !
Cordialement, solidaire des bons journalistes

Michel HUISMAN
Ancien parrain du GANG
  • 1 – Il n’y a pas de vieillissement de la population (2 ans de plus en 70 ans !)

Mais, il y a beaucoup moins de mortalité infantile, beaucoup moins de mortalité sans guerre, sans famines et avec les vaccins. L’homme ne meurt pas plus vieux. Seulement les hommes sont plus nombreux à devenir vieux ! L’enfer se niche dans le détail, monsieur l’émérite professeur !

  • 2 – « Pas beaucoup de Vieux pauvres » ? En octobre 2021, en Belgique, le seuil de pauvreté est de 1.383,50 € alors que le revenu maximum Grapa d’un isolé plafonne à seulement  1.232,07 € . La Grapa maximale pour les vieux cohabitants est encore bien plus basse, sous du seuil de pauvreté: au 1 septembre 2021, elle s’élevait seulement à  821,38 € (Un Grapiste aussi est donc bien un vrai pauvre, messieurs les économistes !)

CAPTURE DES TROIS ARTICLES POUR COMPARAISON

Premier article du Soir
Second article du Soir
Troisième article du Soir
Partagez cet article / Deel dit artikel !

1 réponse à Billet sous forme de lettre ouverte à une journaliste naïve

  1. Ping : Billet sous forme de lettre ouverte à une journaliste naïve | Mes coups de coeur

Les commentaires sont fermés.