QUI A FERMÉ L’ENVELOPPE DE L’INTÉRIEUR ? (20)

Rediffusions du feuilleton de l’été à raison de un par jour. 
Afin d’en faciliter la lecture, nous ne diffusons plus que notre réponse au Premier ministre. 

Vingtième et dernier épisode

« Le droit de vieillir dignement ne se mendie pas…il se prend ! »

Cher Charles,
Citer les Socialistes et en particulier votre prédécesseur Élio Di Rupo n’arrange en rien votre cas. 
Nous ne sommes pas un « Cheval de Troyes » des Socialistes ! 
Le Gang des Vieux En Colère est un mouvement non partisan et trans-partisan (donc parfaitement indépendant) qui souhaite uniquement conserver et même améliorer le système de retraite par répartition et conserver, au minimum, un pouvoir d’achat stable.
Quant à Di Rupo, il s’est excusé d’avoir assassiné les plus démunis, les plus pauvres parmi les pauvres. Oui, en effet, le Prince des Socialistes s’est déjà excusé d’avoir abandonné les femmes seules, les saisonniers et les intermittents. 
Et alors ? 
Alors, même le libéral Richard Miller s’en est ému :
« Nous ne sommes pas une gauche qui se cherche – et dont le cœur saigne après coup, à posteriori, une fois l’acte accompli, « post coïtum »…
Et alors ?
Alors, ne croyez pas que nous attendrons que vos forfaits à vous soient à leur tour consommés pour recevoir vos excuses. Des excuses stériles pour les vieilles et les vieux dont vous souhaitez vous débarrasser à bon compte, après les avoir obligé à cracher au bassinet. Des excuses de qui ? Pas de la finance. 
Les banques et des assureurs se verraient bien se payer une part ou deux du gâteau dans ce grand marché ? 
Et alors ?
Alors sachez que nous, nous le voyons aussi dans le peu d’argent qu’il nous reste.
Quand vous évoquez le « seuil de pauvreté » à atteindre un jour, pourquoi ne parlez-vous plus jamais plus que du seuil de pauvreté européen (et non plus belge) ? Parce que, voyez-vous, Charles, cette comparaison qui prend en compte des pays où les revenus (mais aussi les montants des loyers) sont plus bas… 
Les assureurs privés coûtent cher. Jusqu’à 20 % de toutes les primes que nous payons va dans la poche des compagnies d’assurance. Ils prennent aussi ces 20% sous la forme de coûts de gestion de portefeuille, de coûts d’administration, etc.
Et ça, c’est pour la honte et le scandale.
Des managers, des PDG, des cadres supérieurs placent des millions d’euros dans leur régime de retraite supplémentaire, avec plein d’avantages fiscaux et sociaux, tandis que les travailleurs salariés, les saisonniers, les demandeurs d’emplois, les artistes, les femmes seules avec enfants et les indépendants doivent gratter pour épargner quelques milliers d’euros. 
Finalement, nous vous le répétons, les pensions complémentaires sont incertaines. Des acteurs privés peuvent faire faillite. Cela s’est déjà produit. 
Pensez juste à l’assureur de pension complémentaire Fortis en Belgique et APRA Vie, en France, il y a quelques années. Des milliers de petites gens ont été abandonnés sans rien entre les mains.

Vous attendez quoi ? Parce que les Socialistes ont, un temps, pensé la même chose que vous, nous devrions avaler la ciguë et laisser nos enfants lardés de coups de poignards, seuls, baignant dans un sang de vieux misérables ?
Si vous voulez vraiment réconcilier les Vielles et les Vieux électeurs en Colère avec la classe politique, ne pensez-vous pas, que vous et vos pairs, feriez mieux de commencer par réconcilier la classe politique avec nous, les Vieilles et les Vieux qui veillons au grain ? 
Vous pensiez vraiment qu’en maquillant vos projets nous ne verrions plus vos machinations criminelles ? Pensez-vous que vous arriveriez vraiment à nous faire croire que vous n’avez jamais eu d’intention d’achever les Vieux à venir comme on achève les chevaux, d’un coup ?

« A Bacquelaine et ses semblables je dirai, paraphrasant Corneille : 
– Ministre, si mon visage a quelques traits un peu vieux, 
souvenez-vous qu’à mon âge, vous ne vaudrez guère mieux ! 
Mais à tous ceux-là, se voulant réformateurs mais n’étant que des fossoyeurs, qu’ils sachent que le droit de vivre, de vivre dignement, ne se mendie pas… il se prend ! » (Merry Hermanus)

Sachez, cher Charles, que nous ne sommes pas animés par la haine. Non, nous admettons que cette histoire de « réforme » soit aussi vieille que l’homme est vénal. C’est un simple constat d’écœurement et d’aversion. Nous vous comprenons comme Sacha Guitry le comprenait quand il écrivait avec cynisme :
« On s’en serait voulu de passer pour bienveillant à l’égard de criminels, mais, d’autre part, qu’il y ait des crimes, nous l’admettons volontiers, car il faut bien que tout le monde vive ! »
Alors, vivez, monsieur le premier parmi les ministres, profitez de la vie mais ne touchez pas à nos enfants ! Ne touchez pas à leur avenir ! 
Nous ne vous le répéterons plus, laissez leur à tous le droit à une fin de vie heureuse, digne et décente ! 
Vous savez depuis avril que le Gang des Vieux En Colère est un mouvement indépendant qui a décidé de se battre pour que les futurs retraités et retraitées puissent vieillir dans la dignité en ayant un montant de retraite, à minima égal, garanti et, au minimum, décent.

Vous souvenez-vous qu’un certain Louis Michel avait déclaré à toute la presse, à la veille de l’an 2.000 :
« Ne dites pas libéralisme social, mais libéralisme tout simplement ! Porteur naturellement du social. Car le libéralisme est social par essence, pas par existence. »

Pour dernier rappel, cher Charles, retenez que le Gang des Vieux En Colère revendique :
– Le maintien du système de la pension par répartition
– La possibilité, pour seuls ceux qui le souhaitent, de travailler au-delà de 65 ans
– Une pension anticipée pour ceux dont la pénibilité professionnelle est reconnue dans un accord et dûment répertoriée
– Le relèvement de la pension minimale pour tous et toutes, ayant un montant de retraite égal (calculé en 2017) à 1.500 € net liée au bien-être.
– Une voix dans la concertation sur le futur du système des retraites. 
– Une réelle concertation sociale comme le prévoit la Loi et une place à la table des concertations.
Et n’oubliez jamais, ni vous, Charles, ni votre ami Daniel Bacquelaine, ni Maggie, ni Johan, ni Kris, ni Zuhal que le Gang des Vieux en Colère refuse :

– Toute dérive vers un système de pension par capitalisation ;
– Toute « pension à points », liée aux seuls jours travaillés, au budget et à la conjoncture économique ;
– Toute suppression de la prise en compte des années d’études et des jours chômés ;
– Toute aliénation liée à l’aide de la GRAPA
– Toute augmentation d’impôt liée à une indexation ou à toute autre augmentation du montant des retraites ;
Alors croyez-nous Monsieur Charles Michel en 2019, au moment de mettre leur bulletin dans l’urne, tous ces Vieux en Colère, eux, ils ne seront pas frappés d’Alzheimer.

Copie intégrale de ce feuilleton de l’été 2018 vous a été adressée personnellement, monsieur le Premier ministre, en même temps que la diffusion de ce dernier épisode via les réseaux sociaux, courriel et courrier postal.

Veuillez accepter, Monsieur le Premier ministre, Cher Charles, l’assurance de notre plus exigeant respect.

Le Comité de rédaction pour le Gang des Vieux en Colère
gangdesvieuxencolere@gmail.com
Recevez la compilation électronique des 20 épisodes contre simple demande à l’adresse mail gangdesvieuxencolere@gmail.com

Partagez cet article / Deel dit artikel !