Partagez cet article / Deel dit artikel !

Lees dit artikel in het Nederlands -> NL

LE MOUVEMENT CITOYEN « GANG DES VIEUX EN COLÈRE »
A ENVAHI LA RÉSIDENCE « LE TILLEUL »
CE SAMEDI 04 JANVIER 2020

NOTRE CONSTAT qui a conduit à cette ACTION

Les maisons de repos et de soin apportent, à l’heure actuelle, une solution (parfois excessivement chère, principalement dans le cadre des « Senories ») à ceux et celles qui ne sont plus capables de vivre de manière autonome à leur domicile. Le concept de la famille dans nos sociétés occidentales ne comprend pas, comme d’autres cultures, les Vieilles et les Vieux sous le même toit que leurs enfants. Souvent ce sont ces mêmes aînés âgés qui ne se voient pas dans cette situation, tenant avant tout à leur indépendance. Ces personnes font donc ce difficile choix par obligation étant livrées à elles-mêmes parce qu’elles ne veulent pas être une charge pour leur(s) enfant(s), soit ce sont les proches qui ne peuvent plus assurer le bien-être de leurs aînés ou encore contraints et forcés doivent abandonner la charge d’un malade atteint d’Alzheimer, pudiquement taxé de « désorienté ».

Peu font ce choix par conviction !

Entrer en maison de repos ou de soins, c’est renoncer à sa liberté, son autonomie, à ses goûts, ses plaisirs, la gestion de ses finances, à son intimité en échange d’une prise en charge totale alliant le logement, le couvert, les soins de santé, l’hygiène et surtout la sécurité. Outre le prix de ces renoncements, l’aspect financier est un lourd tribut au budget du résident ou à défaut des enfants, le prix des maisons de repos étant dans la majorité des cas bien au-delà du montant de la pension du résident! Les CPAS se substituent financièrement aux résidents n’étant pas en capacité de couvrir le prix des maisons de repos, pour payer le solde moyennant la main mise sur tous leurs biens immobiliers et mobiliers.

Les techniques de « Lean Management » conduisent trop souvent à une maltraitance physique et mentale en milieux gériatriques. Tout faire pour permettre à chacun de recevoir soins de santé et assistance à domicile doit être une priorité sociale et politique. Le « Gang des Vieux en Colère » s’alarme de multiples témoignages de maltraitance envers nos aînés placés en service gériatrique, Maison de Repos ou Maisons de Repos et de Soins, visant surtout les plus désorientés.  Rappelons que l’âgisme engendre un mépris dont les plus vieux sont les victimes de la part d’une partie grandissante de la population, encouragée par la vision négative qu’en donnent certaines instances privées comme parfois publiques. Si dans certains établissements (qui ont pour mission d’assister nos parents les plus handicapés par le poids des ans) il y est fait état d’excellents services rendus à la personne par le personnel soignant, dans beaucoup d’autres établissements, une maltraitance apparentée à de la torture, imposée par un « New Public Management » y est trop souvent constatée : actes médicaux et infirmiers dévastateurs (administration de neuroleptiques à haute dose, contrainte des langes entraînant l’incontinence,…), destruction systématiques des prothèses (lunettes, dentiers, appareils auditifs), négligence, humiliations, grossièretés, brutalités, isolement, contention physique et chimique, absence d’hygiène, alimentation carentielle, refus de traiter douleurs et maladies résultant de la maltraitance se rencontrent dans de nombreux établissements à travers le pays. Ces institutions en défaut sont souvent les mêmes qui pratiquent l’opacité vis-à-vis des proches, tout en investissant massivement dans une propagande clientéliste relayée par les organes supposés informer le public. Résultat du sous-effectif flagrant de personnel soignant autant que bien trop souvent de la non-qualification des aides-soignants, cette situation est presque toujours liée à la marchandisation de la fin de vie. Le « Gang des Vieux en Colère » refuse qu’au XXIème siècle, une quelconque forme de maltraitance apparentée à de la torture soit appliquée aux vieilles femmes comme aux vieux hommes parce que considérés hors service par un management néolibéral !

Entrer en maison de repos ou/et de soins est un aller sans retour, la seule perspective étant malheureusement la mort!  L’objectif des revendications du GANG DES VIEUX EN COLÈRE est de rendre cette dernière demeure la plus agréable possible et d’en faire un lieu de vie ! 

Recommandations du « Gang des Vieux en Colère »
sur les MR et MRS

  • Préambule   

L’objectif du présent document est de rendre cette dernière demeure la plus agréable possible et d’en faire un lieu de vie!

  • Chacun(e) chez soi

Il est un vœu pieux que nous formulons tous et toutes: vivre ses dernières années en autonomie à son domicile! Ce souhait est tout bénéfice tant pour la personne elle-même qui ne doit pas faire face à un déracinement physique et moral en se coupant de tout son vécu que pour les finances de l’Etat. Toutes les études montrent en effet que le coût du maintien des personnes âgées à domicile est bien moindre pour la société que l’entrée dans une maison de repos!

  • Les propositions  

Le « Gang des Vieux en Colère » s’est attelé à faire des propositions réalistes et concrètes qui peuvent être mise en place assez rapidement et assez facilement.  Il a pu recueillir des témoignages mettant en exergue des problèmes, une certaine forme de maltraitance, qui dans certains cas émanent du personnel, ou de la famille, mais qui, dans la majorité des cas ressemblent bien plus à une maltraitance institutionnelle engendrée par des directives managériales néolibérales. Les MR et MRS sont un microcosme de la société, où se côtoient le bien et le mal. Et c’est aux politiques à mettre en place un filet de sécurité qui tende à éloigner le mal. Le « Gang des Vieux en Colère » est optimiste et pense que tout est perfectible !

Propositions pour un maintien des Vieilles et des Vieux à domicile

1.  Mettre en place au niveau de toutes les communes un service de « Vigilance des Seniors » avec numéro de téléphone vert. L’objectif étant de déceler les besoins des personnes âgées.

2.  Mettre en place annuellement un rendez-vous au domicile sur base du registre national par le service de vigilance des séniors. Cette visite au domicile permet de déterminer les travaux    à effectuer dans le logement pour y maintenir la personne à domicile, les besoins d’aide-ménagère ou familiale, le besoin de bénéficier de repas à domicile, de chèque taxi, de toute aide administrative ou de visites pour casser la solitude …etc.

3.  Créer dans chaque commune, à l’instar de ce qui existe déjà dans certaines communes, un service de dépannage et de petits travaux (y compris informatique) dans le cadre d’un projet communal social avec des personnes engagées sous contrat article 60 auquel les seniors pourront faire appel en fonction de leurs revenus.

4.   Informer bi-annuellement la population concernée des services dont elle peut disposer en mettant en place un système efficace et performant (médias, flyers, affichage, email, réseaux sociaux, visite à domicile…)

5.   Élargir l’aide financière pour perte d’autonomie au niveau fédéral

Propositions pour un projet de vie dans les Maisons de repos (MR) et les Maisons de repos et de soins (MRS) tant publiques que privées

Organisation

1) Commencer par libérer le personnel soignant des tâches administratives avant d’augmenter les normes Inami.

2) Mettre en place au niveau régional un « Délégué aux droits des seniors » (= Ombudsman) pour contrôler les maisons de repos et de soins, et gérer les plaintes y afférentes. 

3) Rendre obligatoire l’engagement d’un/d’une psychologue indépendant(e) et extérieur(e) par homeà la fois au service des résidents mais aussi du personnel 

4) Mettre en place une commission de vigilance présidée par le psychologue et composée de représentants des familles, des résidents, du personnel soignant, des kinésithérapeutes, de l’ombudsman pour lutter contre la maltraitance 

5) Sauvegarder l’intimité des couples et aussi des couples en formation. (Pas de caméra dans les chambres). Maintenir les couples dans la même chambre même si l’un ou l’autre occupe des lits dédicacés différemment (l’un.e en MR, l’autre en MRS).

6) Considérer les résidents comme des personnes à part entière et leur offrir un choix d’activités et d’animations en rapport avec leur intellect en cessant de les infantiliser.

Soins

7) Plutôt recourir au psychologue (supra) qu’aux antidépresseurs, somnifères, neuroleptiques et autres médications.

8)  Consacrer au minimum une demi-heure à la toilette des résidents qui ne sont plus aptes à la faire eux-mêmes en tenant compte de leur dignité (habillement approprié, coiffeur, changement de couches non limité à un arbitraire financier…etc.)

Animation

9) Rendre obligatoire un budget alloué à l’animation permettant des activités et des sorties culturelles : sorties au restaurant, voyage annuel à la mer ou dans les Ardennes, des animations sur place concert, danses, jeux, bibliothèque, cinéma, théâtre, informatique en considérant les résidents comme des personnes à part entière et leur offrir un choix d’activités et d’animations en rapport avec leur intellect en cessant de les infantiliser 

10) Engager un(e) animateur (rice) TP (temps plein) par MR et MRS

11) Acheter un bus ou bénéficier du bus communal ou de la STIB/TEC / De Lijn pour les activités (supra). 

12) Associer les résidents qui le souhaitent à la vie du home : par exemple à l’entretien du jardin, du potager, du poulailler éventuel, à la cuisine, à la réparation des vêtements, aux petites réparations, aux travaux administratifs, à des courses, à l’entretien des animaux domestiques (promenades) etc. Attention les couvrir par une assurance !!!

Repas

13) horaire des repas à faire coïncider avec la vie sociale

– 08h – 9H30 petit déjeuner 

– 12H30-14H repas de midi

– 16h collation et café

– 18H-19H repas du soir

14) Relever la qualité des repas, de préférence cuisine sur place avec produits locaux et réunion des résidents pour élaborer avec la diététicienne et le cuisinier le menu de la semaine                                                       

15) Autoriser le vin et la bière aux repas

16) Accompagner les résidents qui ne sont plus capables de manger seul au moins pendant une demi-heure par repas

Briser l’isolement

17) Instaurer un parrainage des nouveaux résidents pour qu’ils soient mieux intégrés

18) Assurer au moins une visite par semaine aux résidents qui le souhaitent (organisations laïque, religieuse, bénévolat, écoles)

19) Passer dans les chambres de ceux qui sont alités tous les jours avec des livres, journaux, magazines dans le cadre de bénévolat, bibliothécaires communaux, article 60 etc. 

20)  Instaurer des relations intergénérationnelles avec les écoles et les crèches du territoire de la commune.

21) Accepter dans une certaine mesure les animaux domestiques des résidents ou en visite.

Proposition concernant exclusivement les
Homes Privés

Le Privé investit dans la construction et la gestion des maisons de repos car sa rentabilité est « garantie » par le bénéfice de subsides. Il est utopique de vouloir écarter le secteur privé du système mais il est donc important de contrôler les bénéfices de ces structures! Une juste rentabilité est acceptable car tout service mérite salaire mais le profit ne doit pas se substituer au bien être des résidents! Il est inconcevable que des restrictions sur la nourriture, la qualité des soins, l’animation, le personnel …renforcent le bénéfice du privé!

Il est important de contractualiser leur la gestion des homes privés par la signature d’un plan financier plafonnant leur bénéfice pour assurer financièrement les services à rendre aux résidents. Cette contractualisation doit se réaliser dans le cadre de l’obtention de subsides déjà en vigueur. L’obtention de subsides doit être assujettie à un contrôle annuel des comptes qui impose (En décembre2019) :

  • Les rémunérations* directes et/ou indirectes des dirigeants limitées à 130 000 €/an.
  • Les mandats ou jetons de présence des administrateurs limités à 50 000 €/an.
  • Le résultat de l’exercice ne pourra jamais être distribué aux actionnaires ou propriétaires à plus de 5% des sommes investies (le bénéfice sera donc plafonné !)

Nous entendons par rémunérations le brut par an augmenté des avantages sociaux/ voiture, restaurants, téléphone, Gsm, Smartphone, tablette, loyer d’un bureau à la maison… etc.

Le nerf de la guerre : Les finances

Il est clair que la majorité des propositions ci-dessus implique une augmentation des budgets santé, que cette augmentation soit intégrée ou non au prix des MR/MRS ne change rien au fait que cette charge supplémentaire grèvera les budgets des communes, des régions et/ou de l’Etat! La question sera où trouver les budgets supplémentaires….

Faire de la politique c’est d’abord faire des choix budgétaires. Juguler toute forme d’évasion fiscale, d’optimisation fiscale et de fraude fiscale est une piste. Mais, si le secteur des retraités grève les budgets c’est d’abord un grand pourvoyeur d’emplois dont les titulaires participent à la vie économique (supra), en un mot réinvestissent leurs rémunérations dans l’économie et paient des impôts (supra).

Par ailleurs voici quelques pistes réalisables à très court terme :

  • Élargir la prime pour perte d’autonomie bénéficierait au budget des homes.
  • Diminuer la médication allégerait le budget des soins de santé et pourrait être réinvesti dans l’engagement de psychologues.
  • Les activités culturelles pour Vieux pourraient faire partie de la contractualisation de l’obtention de subsides par les théâtres, les musées, les concerts, les maisons de la culture …etc.
  • Dans le cadre du cours de citoyenneté, les étudiants pourraient s’engager sur base volontaire à faire un certain nombre d’heures de bénévolat dans les homes pour les visites, l’aide pour manger, passer dans les chambres avec le café, les livres, les magazines …etc.
  • Pourquoi ne pas créer un « service national » où toute une génération de jeunes s’engagerait sur base volontaire pour œuvrer dans les Maisons de Repos.  Avantage énorme pour les jeunes, apprendre les réalités du temps et de la vie, la solidarité et la citoyenneté …etc.
  • Les logements partagés entre Vieux ou entre Vieux et étudiants devraient être encouragés et défiscalisés.
  • Un pourcentage des gains de la loterie devrait être annuellement sanctuarisé, pour être réinvesti impérativement pour le bien être des résidents.
  • Les communes pourraient sensibiliser les écoles sur leur territoire aux activités avec les homes, offrir un accès gratuit aux bibliothèques, aux maisons de la culture, aux piscines etc.  Les écoles communales devraient être « couplées » avec les homes et des activités communes organisées.
  • Un pourcentage des budgets communaux devrait être sanctuarisé et affecté au bien être des résidents en fonction du pourcentage senior de la population locale.

En conclusion

En ce qui concerne la SANTÉ, le « Gang des Vieux En Colère » revendique :

  • L’Individualisation des droits pour tous ceux qui souhaitent cohabiter pour raisons économiques et donc la suppression du statut de cohabitant.
  • La création d’un « Délégué aux Droits des Vieux » (Ombudsman), chargé du contrôle des Maisons de Retraite (MR) et des Maisons de Retraite et de Soins (MRS) tant publiques que privées, de la gestion des plaintes y afférentes et de lutter contre toute forme d’abus commercial des Vieux.
  • Libérer le personnel soignant des tâches administratives et relever les normes de l’INAMI (Institut National d’Assurance Maladie Invalidité) en terme d’effectifs (numériques minimaux en personnel) dans les MR et MRS.
  • L’instauration de critères qualitatifs obligatoires en MR et MRS (propreté, hygiène, soins, alimentation, sécurité, animation, bien-être).
  • La valorisation des métiers de soignant en milieu gériatrique et un enseignement des métiers de soignants en gériatrie, qui inculque des réelles connaissances (hygiène, nutrition, troubles neurologiques) liées à l’âge.

En ce qui concerne la SANTÉ, le « Gang des Vieux En Colère » refuse :

  • Tous mauvais traitements infligés aux Vieilles et Vieux dépendants quel que soit le secteur gériatrique.
  • Toute discrimination (soins, remboursements de médicament, prothèses) en fonction de l’âge.
  • Toute exploitation commerciale abusive de l’état de « VIEUX » en milieux gériatriques.

QUI EST LE GANG DES VIEUX EN COLÈRE ?

Le mouvement citoyen « Gang des Vieux en Colère » est :

Un mouvement indépendant, non partisan et trans-partisan, qui est né début janvier 2017 et qui regroupait en décembre 2019 plus de 10.500 membres et sympathisants (principalement en Wallonie et Bruxelles). C’est un mouvement altruiste qui se bat pour que les générations futures puissent vieillir dans la dignité Ce mouvement s’est déjà illustré dans plusieurs actions originales, spectaculaires et non violentes comme :

–          La remise, en fanfare, d’une lettre ouverte à Charles Michel au 16 rue de la Loi,

–          L’enterrement de la sécurité sociale avec pleureurs et pleureuses, fleurs, couronnes, cercueil et corbillard, devant le Parlement européen.

–          L’occupation de l’Appel Store avec des « pack-man » géants de ballons-euros et la transformation d’un McDonald’s en Maison de Repos avec jeux de Bingo, tricots et « clowns soignants », l’occupation d’une Multinationale (Delhaize) pour lui reprendre les impôts cachés dans les paradis fiscaux (avec Flash mob Fiscal Justice) etc.

Le « GANG » a aussi marqué sa solidarité avec :

–          les derniers « fronts communs syndicaux » contre les projets de réforme des systèmes de pension,

–          le « CNCD » pour l’action Saint Nicolas en Colère,

–          la « Ligue des Familles » et le « Réseau de lutte contre la pauvreté » (RWLP) pour dénoncer le statut de cohabitant qui empêche trop souvent les vieux les plus démunis financièrement de se regrouper,

–          « La Santé en Lutte » pour revaloriser le statut de ceux qui soignent les vieux souvent en mauvaise santé.

Le « Gang » se bat pour que les générations futures puissent vieillir dans la dignité en ayant un accès décent à la santé et un montant de pension de retraite minimum garanti,  égal pour toutes les femmes comme pour tous les hommes. En outre, fin 2019, le « GANG » a décidé de se battre et d’attirer l’attention des politiques sur la maltraitance que doit trop souvent endurer la génération de celles et ceux qui, encore plus vieux que les « Vieux Gangsters en Colère », sont placés dans des centres spécialisés, proches de la porte de sortie…

Ces « revendications » concernant toutes les « séniorités » (publiques ou privées) seront publiées dans le dossier « SANTÉ » du CEPAG, dossier qui sera édité à la fin de cet hiver.

Michel HUISMAN – Porte-parole du Gang des Vieux en Colère – tel : 0473344582

Charte de base du mouvement citoyen
« Gang des Vieux en Colère« 
Le « Gang des Vieux En Colère » REVENDIQUE :

• Le maintien et l’amélioration du système de la pension par répartition (Sécurité Sociale)

• Une réelle concertation sociale du gouvernement, en présence des Syndicats, en matière de pension

• La pension à 65 ans avec la possibilité, uniquement pour ceux qui le souhaitent, de travailler au-delà de 65 ans.

• Une pension anticipée pour ceux dont la pénibilité professionnelle est reconnue dans un accord avec les Syndicats.

• Le relèvement du montant minimal de la pension de retraite pour tous et toutes, (0% écart de retraite H/F – calculé en janvier 2019) à 1.600 € net liée au bien-être. (Minimum pension-décente universel)

• Remplacer la GRAPA par le « Minimum pension-décente universel » et la libre circulation des allocataires de la GRAPA (Garantie de Revenus aux Personnes Âgées)

• Individualisation des droits pour tous ceux qui souhaitent cohabiter pour raisons économiques et donc suppression du statut de cohabitant.

• Plafonner le prix d’une place dans une Maisons de Retraite (MR) et/ou une Maisons de Retraite et de Soins (MRS) au « Minimum pension-décente universel » 

• Création d’un« Délégué aux Droits des Seniors» (ombudsman), chargé du contrôle des MR des MRS et Homes tant publiques que privés, de la gestion des plaintes y afférentes et de lutter contre toute forme d’abus commercial des Vieux.

•Libérer le personnel soignant des tâches administratives et relever les normes de l’INAMI (Institut National d’Assurance Maladie Invalidité) en terme d’effectifs (numériques minimaux en personnel) dans les MR et les MRS

• L’instauration de critères qualitatifs obligatoires en MR et MRS (propreté, hygiène, soins, alimentation,  sécurité, animation, bien-être).

• La valorisation des métiers de soignant en milieu gériatrique et un enseignement des métiers de soignants en gériatrie, qui inculque des réelles connaissances (hygiène, nutrition, troubles neurologiques) liées à l’âge.

Le « Gang des Vieux En Colère » REFUSE :

• Toute dérive vers un système de pension individuelle et privée (système par capitalisation).

• Toute velléité de retarder l’âge de l’accès à la pension complète de retraite, après 65 ans.

• Tout système de « pension à points », lié aux seuls jours travaillés, au budget et à la conjoncture économique

• Toute suppression de la prise en compte (dans le calcul du montant des pensions) des années d’études tout comme la de la prise en compte des jours chômés, jours de maladie, jours d’hospitalisation ou tout autre accident de la vie.

• Toute aliénation liée à l’aide de la GRAPA (qui doit être remplacée par le « Minimum pension-décente universel »

• Tous mauvais traitements infligés aux Vieilles et Vieux dépendants quel que soit le secteur gériatrique

• Toute discrimination (soins, remboursements de médicament, prothèses) en fonction de l’âge  

• Toute exploitation commerciale abusive de l’état de « VIEUX » en milieux gériatriques.

• Toute augmentation d’impôt liée à une indexation ou à toute autre augmentation, du montant des retraites

Site – gangdesvieuxencolere.be 
Email à : gangdesvieuxencolere@gmail.com
Téléphone : +32(0)473344582

– – –

Retour NL ->FR

Nederlandse tekst in aanbouw
Voor binnenkort