Un gamin mal élevé et son orange pourrie

En ce début d’année 2022, une tempête d’une violence brutale s’est abattue sur nos consciences. Au cœur de l’ouragan, l’enquête menée par le journaliste Victor Castanet dans le milieu des EHPAD en France (Établissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes) gérées par le groupe privé ORPEA.

Cette enquête dura trois ans et fut réalisée avec de nombreux témoignages dont ceux de membres du personnel qui ont courageusement accepté de participer et de mettre en danger, pour le moins, leur sécurité et leur emploi.

La publication de « Les Fossoyeurs » provoqua d’emblée des bouleversements tels que le limogeage de la direction d’ORPEA mais les conséquences dans leur ensemble sont encore incalculables.

D’ailleurs, les dirigeants d’ORPEA ont senti leur chute se creuser car ils ont offert la modique somme de quinze millions d’euros à Victor Castanet pour qu’il mette fin à son enquête. Ce qu’il refusa et ce qui permit aux yeux de l’opinion de se poser sur cette plaie qui nous défigure tous.

Une réalité bien connue ou fortement soupçonnée nous a ainsi sauté à la figure effaçant doutes et atermoiements.

La création de ces structures privées avec leur capitalisation en Bourse et la recherche de profit qui en découle a enfanté un système monstrueux où l’humain est soumis à l’actionnariat.

La maltraitance à l’égard des résidents en est une conséquence inéluctable, maltraitance découlant de la recherche du profit et de la compression maximale des dépenses, maltraitance au cœur de la machine infernale.

Dans cette affaire où le luxe côtoie la bassesse et l’ignoble, la banalité du mal éclate comme une orange pourrie lancée de toutes ses forces contre un mur par un gamin mal élevé. *

ORPEA, premier groupe mondial des promoteurs privés d’EHPAD et de Maisons de Repos nous vient de France, cher pays de notre enfance qui cherche à cacher les misères de ses vieilles et vieux (c’est la terminologie officielle dans le Gang) sous les tapis et les lambris dorés des chambres grand luxe de ses palaces pour retraités.

Dans sa volonté d’étendre son marché, ORPEA a apporté ses bienfaits jusque dans notre petit royaume où, miracle, elle fut accueillie à bras ouverts par nos décideurs politiques et financiers.

Et, pour cause, reçue comme une véritable aubaine, l’arrivée de ces valeureux hérauts du bien-être de l’humanité, venait combler les insuffisances creusées par les désinvestissements de toutes sortes, conséquences des politiques néolibérales.

Les CPAS tiraient (et tirent toujours) la langue. Il manquait de la place à la fois pour les vieux riches et les vieux pauvres.

Il n’y avait qu’à dérouler le tapis rouge à ces nouveaux capitaines d’industrie et à remettre entre leurs mains le sort de nos aînés. Ce qui se fit, sans demander trop de garanties comme il se doit.

Mais comment diable s’est installée cette incroyable maltraitance à l’égard des personnes dépendantes confiées aux soins de ces Maisons ?

Si l’on y réfléchit, on s’aperçoit qu’il est mal aisé de distinguer une quelconque logique dans cette course vers la destruction de toutes valeurs, humaines et matérielles.

Les premiers à exprimer leur étonnement sont les dirigeants mêmes d’ORPEA qui, pataugeant à leur tour dans la merde qu’ils ont généreusement répandue dans leur négoce, lèvent les bras au ciel et clament leur innocence.

« Nous n’avons rien fait de mal ! »

Et, en effet, il faut les comprendre. Qu’ont-ils fait ? Simplement ce que leur a enseigné à faire cette bonne société orientée vers la recherche du profit : ils ont voulu s’enrichir !

Et ce gamin mal élevé, Victor Castanet, avec son orange pourrie, est vraiment malveillant avec ses fourbes insinuations et sa dénonciation de la cupidité. Enfin, il vaudrait mieux dire la recherche d’enrichissement des intrépides actionnaires.

Mais je disais plus haut qu’il était difficile de comprendre l’engrenage qui a conduit au scandale qui occupe tous les esprits et fait la une des médias.

On a évoqué, entre autres, le cas particulier de Françoise Dorin, auteure et comédienne célèbre qui a connu une triste fin, abandonnée à elle-même et à la maladie dans la maison d’ORPEA à Neuilly, maison qui servait de vitrine pour convaincre les sceptiques, s’il en était besoin, de l’opportunité d’engager leurs capitaux dans cette entreprise capitaliste d’un genre nouveau : spéculer sur nos aînés.

Françoise Dorin s’acquittait chaque mois d’un loyer de 16 000 € qui lui donnait droit, du moins on peut le supposer, à tous les services liés à son bien-être.

Pourtant, son sort fut réglé avec une telle promptitude qu’il laissa le propre praticien étonné par sa capacité d’expédient ! Au bout de trois mois, Françoise Dorin est passée de vie à trépas.

On a dévoré la proie et la rente d’un seul coup ! Qu’importe, la source est inépuisable.

Redisons-le, les conséquences des révélations apportées par Victor Castanet et « Les Fossoyeurs » sont incalculables. Œuvre d’utilité publique, il force le regard de l’opinion à se poser sur la douloureuse question de la maltraitance dont souffrent nos aînés dans le traitement que nous leur réservons en fin de vie.

Il aurait été pourtant bienvenu qu’au terme d’une existence vouée au service de la collectivité, ces seniors reçoivent des égards et de la bienveillance. Mais c’est tout le contraire qui se produit, et ce au moment où les seniors, diminués par la maladie, nécessitent le plus de soins attentionnés. !

J’attends avec impatience de lire le résultat de l’enquête de trois ans de Victor Castanet.

Mais, même si la colère nous submerge, nous ne devons pas nous limiter à dénoncer les exactions d’ORPEA seule.

Attisés par deux ans de crise covid, les dysfonctionnements se sont accumulés dans l’ensemble du secteur des Maisons de Repos et de Soins.

Ils ont prospéré sur des failles et des négligences originelles et sont présents en Belgique dans les trois piliers.

Car tout est distribué en piliers chez nous : le pilier public, géré par les CPAS (pouvoirs publics), le pilier associatif géré par les mutuelles et enfin le secteur privé qui a pris ces dernières années une place de plus en plus grande et où ORPEA se taille la part du lion.

Sommes-nous restés en état de prostration pendant tout ce temps ?

Depuis sa création en 2018, le Gang des Vieux en Colère, dont le signataire est membre, s’est attaché à dénoncer le fléau de la maltraitance dans les Maisons de Repos et de Soins du royaume.

ORPEA était déjà clouée au pilori.

Michel Huisman, cofondateur et porte-parole du Gang, portait sans relâche nos protestations devant les médias et auprès des dirigeants politiques.

Presque partout, l’accueil fut attentif et bienveillant et les médias officiels répercutaient positivement la parole du Gang. Malgré la situation alarmante, le moral des militants était haut et un certain espoir affleurait.

Naïveté excessive sans aucun doute de notre part de croire à la magie de nos actions. Les médias nous accueillaient car nous étions « vendeurs » avec notre humour « juvénile senior »et nos allures d’anars pacifistes et, dès lors, le monde politique, bon suiveur comme à son habitude, de nous ouvrir les portes de ses cabinets et de nous écouter gentiment.

Car pour que rien ne bouge, il importait de faire semblant d’agir.

Ce n’est certainement pas la combativité des membres du Gang des Vieux en Colère et de Michel Huisman en particulier, qui fut cause de l’échec d’améliorer le sort des vieilles et des vieux dans les Maisons dites de Repos !

Nous ne reviendrons pas sur les restrictions ignobles sur la nourriture et le matériel (alèses et autres), les médias l’ont fait abondamment au cours de ces … quelques jours passés.  

Non, ce n’est pas la faute du Gang !

L’affirmation peut paraître idiote mais on ne prend jamais trop de précautions par les temps qui courent où les inversions de valeurs surgissent à tout bout de champ.

En effet, on entend déjà des voix pour défendre le système capitaliste des Maisons de Repos, dire qu’il est un mal nécessaire, et les faits, ces fichus faits qui ne savent pas mentir, ont l’air de leur donner raison.

À peine connue la nouvelle du limogeage du directeur-général d’ORPEA, les actions en Bourse remontaient de 9.6%. Inversion des valeurs, la défense des intérêts capitalistes passe bien avant le bien-être des résidents et gifle supplémentaire assénée sur la face des citoyens.

Le personnel des MR dans son immense majorité, quant à lui, est pris en otage par un système qui conditionne à la règle sacro-sainte du profit tout acte et toute prestation. Et les représailles de s’abattre en cas de contestation !

Ce que crie le pamphlet de Victor Castanet c’est que, les vestiges misérables de notre solidarité flottent au vent glacial de l’indifférence.

Soyons attentifs aux démarches à venir du Gang des Vieux en Colère. Indépendant, échappant à toute pression politique, il possède une capacité de levier qui peut faire la différence au moment kaïros.

Soyez attentifs et participez !

Manuel Dias


Ce texte fait aussi l’objet d’une publication sur le site de Kaïros, journal antiproductiviste : Un gamin mal élevé et son orange pourrie – Kairos (kairospresse.be)

Partagez cet article / Deel dit artikel !