QUI A FERMÉ L’ENVELOPPE DE L’INTÉRIEUR ? (suite 7)

Partagez cet article / Deel dit artikel !

Rediffusions du feuilleton de l’été à raison de un par jour. 
Attention, afin d’en faciliter la lecture, il n’y aura que notre réponse au Premier ministre.

Septième épisode

« Harmonie en sous-sol »

Cher Charles,
Nous ne répéterons pas pourquoi affirmer que « garantir la pérennité de notre régime de pension par répartition » est un énorme mensonge puisque nous l’avons déjà démontré dans les épisodes précédents.
Nous ne répéterons pas pourquoi affirmer que « renforcer le lien entre carrière professionnelle prestée et pension » est une énorme injustice puisque nous l’avons déjà démontré dans les épisodes 4, 5 et 6 précédent.
Mais, mais nous nous attarderons un peu sur votre « volonté d’harmonie »…
« Harmoniser les régimes de pension » ? 
Harmoniser des pommes, des poires, des bananes et des oranges ? Pourquoi pas ? Si vous tenez compte de leurs différences et que vous harmonisez par le haut.
Harmoniser des régimes de pension d’indépendants avec ceux des salariés, des d’ouvriers, des fonctionnaires, des artistes, des saisonniers, des gardiennes d’enfants et de tous les autres, pourquoi pas ? Mais alors, uniquement vers le haut !
Mais voilà, vous avez décidé en claquant des doigts d’harmoniser, mais vers le bas. Déshabiller Pierre pour habiller un tout petit peu Paul.
Votre volonté d’harmonie, cher Charles, c’est un leurre !
Pourquoi ne pas harmoniser au bénéfice d’une vieillesse sereine pour tous ? D’accord pour une certaine harmonie, mais justifiée et surtout pas vers le bas, le plus bas possible, en sous-sol ! Et ne venez pas nous expliquer qu’avec « l’enveloppe prévue pour les retraites », il n’y a pas moyen de faire autrement… Votre gouvernement a fermé cette « enveloppe » de l’intérieur. La rouvrir ne tient qu’à vous !

Pourquoi, cher Charles, n’obligez-vous pas votre ministre Johan Van Overtveldt à réduire la fraude fiscale au taux zéro de façon à avoir les moyens nécessaires pour assainir la caisse de pension par répartition ?
Pourquoi ne pas obliger votre ministre Maggie De Block, à restaurer un régime de soins harmonieux, accessible à tous les retraités ? 
Pourquoi ne pas obliger votre ministre Zuhal Demir à rétablir une réelle égalité des chances, harmonieuse, pour les retraités ? Ne pourrait-elle pas se retrousser les manches pour lutter contre la pauvreté chez les plus vieux ?
Pourquoi ne pas obliger votre ministre Kris Peeters à réduire l’évasion fiscale au taux zéro afin d’avoir les moyens de remplir les caisses de la sécurité sociale et enfin pouvoir harmoniser une pension minimum décente pour tous ?

Vous ne voulez pas harmoniser, remonter le minimum pour tous comme l’exige le Gang des Vieux en Colère ? 
Dommage. À nous, cette fois, de nous répéter. 
Vous cherchez une harmonie ? Commencez par nous écouter. Commencez simplement par ce relèvement de la pension minimale pour tous et pour toutes à un niveau décent. Un montant de retraite minimum égal (calculé en 2017) à 1.500 € net lié au bien-être comme nous les cinq mille vieilles et vieux de notre mouvement le revendiquent depuis six mois pour les générations à venir. 
Un montant minimum qui permettra à toutes et à tous une fin de vie dans la dignité. Voilà la seule harmonie qui vaille. Pour le reste, chacun a cotisé, chacun a choisi un statu, chacun a suivi un plan de carrière qui lui permettra d’avoir un peu plus. C’est humain. N’enlevez pas ces petits avantages promis à nos enfants depuis si longtemps, depuis le jour où ils sont entrés dans la vie active. Ces petits avantages, ce sont de simples acquis pour lesquels nos aïeux ont versé leur sang.

Vous souvenez-vous, cher Charles que, malgré des aides contraignantes comme la GRAPA, (aide inique qui non seulement sont déjà bien insuffisantes pour assurer une vieillesse digne à chacun mais qui surtout astreint tout bénéficiaire à une résidence forcée) un Vieux sur cinq vit déjà sous le seuil de pauvreté dans notre pays comme nous vous l’avons rappelé dans les épisodes précédents ?
Harmoniser les régimes de pension vers le bas, est-ce vraiment le souhait de votre ami Bacquelaine ? Pourquoi ? Pour que dix fois plus de Vieux vivent leurs derniers jours dans l’indécence de la misère ? Monsieur Michel, il nous semble que vous vous égarez et ce genre de cruauté de la part du dirigeant d’un pays, ça fait peur…

En espérant que très vite vos propos deviendront plus cohérents, plus bienfaisants, veuillez accepter, Monsieur le Premier ministre, Cher Charles, l’assurance de notre plus exigeant respect.