SNCB : mobilité, accessibilité et sobriété !

La nouvelle gare de Mons. Photo SNCB

 Remplir les caisses vides sur le dos des voyageurs !

Le TEC et la STIB offrent aux seniors de leur région un abonnement d’un an au prix de 12 euros (et même moins dans certains cas).
Même si nous regrettons cette restriction, nous leur adressons un bravo.

Mais la SNCB a choisi de faire le contraire, et  veut supprimer le tarif forfaitaire senior (voir notre article ICI )

C’est que la trésorerie de la SNCB n’est pas florissante, et quelques projets pharaoniques, comme la gare de Mons, ont vidé les caisses. Et comme les jeunes et les seniors n’ont souvent pas d’autre choix que de prendre le train, ce sont eux qui vont payer les pots cassés.
On dirait que les consultants grassement payés de Mac Kinsey et autres sont passés par là…🥵

Photo L’Echo

Rendez les quais et les gares accessibles !

Mais, il n’y a pas que le prix des billets, il y a aussi le problème de l’accessibilité des gares et des trains pour les personnes à mobilité réduite ou vieillissantes, sans oublier les mamans poussant des landaus. 

Il faut que chacun puisse accéder sans aide aux gares, aux quais et aux trains.

Or aujourd’hui, dans certaines gares c’est la croix et la bannière pour avoir accès !
Téléphoner à la SNCB, réserver un créneau horaire, traverser les rails avec l’aide du personnel sans se faire écraser car le train est parfois dévié …ce n’est pas une sinécure. 

Un peu de sobriété s’il vous plaît ! 🙏🏻

Nul besoin pourtant de dépenses ruineuses pour améliorer l’accès, rehausser les quais et ajouter des ascenseurs.

La gare de Bruges est un exemple de réussite. On a su conserver le patrimoine ferroviaire classé de cette gare de 1939, tout en y ajoutant ce qui est nécessaire pour devenir une gare accessible. Un modèle du genre et de surcroît la meilleure solution écologique.

Hélas il y a aussi les folies mégalomaniaques ruineuses comme la gare de Mons et celle de Gand. Les travaux s’y éternisent, et on doit se contenter de « gares provisoires » et pratiquement inaccessibles pendant des années.

La SNCB avait promis – juré qu’on ne l’y reprendrait plus, et que dorénavant on allait faire attention à l’argent du contribuable…. Mon œil !

La gare de Courtrai, un exemple intéressant d’architecture fonctionnelle

 Non aux projets pharaoniques !

Le scénario de Mons va se reproduire à Courtrai, la ville dont le ministre Vincent Van Quickenborne est bourgmestre.

On y prépare un projet mégalomaniaque, pour lequel on s’apprête à démolir une gare dont l’organisation « Europa Nostra » dit qu’elle constitue un patrimoine moderniste et historique à conserver absolument ! (voir ICI )
Des années d’embarras, 10 ans de travaux qui vont vite en devenir 20.
Des coûts qui vont vite dépasser les 100 millions prévus.
On appellera cela un « petit dérapage » dans le jargon consacré.
Le coup classique, quoi ! 😡

Et je suppose que le ministre Gilkinet, après le coup du billet senior, essayera encore de nous convaincre que le projet est écologiquement favorable.
Tabula rasa du passé, mais on recommence sans cesse les mêmes horreurs.

On continue de dilapider l’argent du contribuable alors qu’une rénovation comme à Bruges ferait parfaitement l’affaire.
Concilier le respect du patrimoine, l’accessibilité et coûter dix fois moins cher : apparemment ce n’est pas la politique de la SNCB !

Gendron-Celles, Belgique, en 1980 (photo Michel Huhardeaux)

Rouvrez les petites gares, maintenez les guichets !

Pour le prix d’un tel projet pharaonique, on peut rendre accessibles une multitude de gares dans le pays.
Sans compter que la SNCB continue sa politique destructrice de fermeture des « petites gares » – des gares pourtant bien précieuses aux « petites gens » !
Cet égoïsme d’accaparer le budget à un seul endroit pendant qu’on saccage les accès ailleurs est indéfendable.

En outre, la SNCB généralise sa politique de fermeture des guichets, en ne laissant que le recours aux automates.

Le Gang des Vieux en Colère réclame un réseau SNCB largement accessible, la réouverture des petites gares, la réouverture des guichets, avec des horaires élargis.

Photo Le Soir

Il est temps…

Il est temps que nos décideurs commencent à réaliser que cet argent qui s’appelle impôt et qu’on gaspille allègrement a été gagné par des travailleurs qui se sont coupés en quatre pour mériter leur salaire et ainsi pouvoir s’acquitter de l’impôt chaque année.

Plus personne n’accepte qu’on jette l’argent par les fenêtres. Surtout que les problèmes du pays viennent en partie du fait que les politiques n’ont pas anticipé et pas assez préparé le vieillissement de la population, qui était pourtant tout à fait prévisible.

Alors, vous les « décideurs »,
si vous  n’avez aucun problème de mobilité grâce à l’accès gratuit sur tout le réseau ferroviaire et souvent à une voiture de fonction avec chauffeur,
nous ne voulons plus porter le chapeau et payer trois fois plus cher le billet senior !

À bon entendeur, salut ! 😡

Marie-France D.

Partagez cet article / Deel dit artikel !
<